le salaire des moniteurs de pilotage automobile

Il est où le temps ou le salaire des moniteurs était de 150 € par jour et à cette époque il n’y avait pas ce fameux diplôme. Vive l’Europe maintenant il faut un diplôme qui coûte entre 12 et 20000 € selon les écoles et selon les capacités du candidat. Du coup maintenant le salaire d’un moniteur de pilotage automobile et de 250 € hors-taxe ou net en fonction de son système de facturation. Ensuite il faut déduire les cotisations sociales et les frais de déplacement car les circuits ne sont pas forcément très proche de son lieu de domicile et une règle est en train de s instaurer avec les différentes écoles de pilotage.

Le concept est que pour moins de 100 km ces dernières ne donnent pas de frais de déplacements par contre au dessus il y a 15 centimes par km de dédommagement. Par conséquence les écoles qui ont de plus en plus besoin de faire des économies car les charges augmentent privilégie les moniteurs résidants pres des circuits.

Le co-voiturage marche bien aussi.

Il faut savoir que les stages de pilotage sont souvent le weekend et que les horaires sont de 7h à 19h selon les entreprises car il y a la mise en place au départ et le rangement à la fin.

 

La bonne nouvelle c’est quand même que de plus en plus de constructeur font appel à des moniteurs diplômés BPJEPS et que les conditions de travail sont meilleures et souvent en semaine.

Comme dans tous les métiers les meilleurs ont plus de travail que les autres mais très peu arrivent à avoir un contrat à durée indéterminée bien payé et avec la prise de volant de voiture de compétition ou de prestige de temps en temps.

 

, , , , , , , , , ,

5 Réponses à “le salaire des moniteurs de pilotage automobile”

  1. JB EMERIC Dit :

    Un commentaire sur mon facebook stage de pilotage JB ÉmericMa petite contribution.

    Tant sur Spa qu’au Nurburgring j’ai eu l’occasion de tester de nombreux « diplômés »
    Je ne remet pas en question le contenu et l’intérêt de cette formation…
    Moi même je n’ai pas ce diplôme.

    Cependant la plupart des moniteurs testés n’avaientt absolument aucune capacité/pédagogie.

    Le filtre du diplôme ne fonctionne donc pas correctement.

    En revanche j’ai le plaisir de travailler avec quelques rares autres diplômés qui sont eux vraiment excellents.

    Donc pour moi ce n’est pas une question de talent mais de pédagogie.
    -> Comme un professeur

    Maintenant franchement quand un BPJEPS me contacte pour travailler je suis très hésitant.

    Beaucoup se sont jetés sur cette formation avec de nombreux rêves…
    … Je vais devenir pilote !! Mais c’est tout l’inverse.
    Il est question d’apprendre aux autres à piloter… Pas l’inverse.

    De plus, le marché n’est pas extensible… Il y a donc peu de places/jobs.

    Seuls les meilleurs donc travaillent suffisamment et sont payés correctement.
    Les autres doivent se contenter de faibles revenus pour des missions « manège »

    Honnêtement combien de moniteurs en France font réellement le job ?
    Passer 1 journée avec 1 élève… Très très peu à mon avis.

    Bonne saison à tous.

    Répondre

    • jbemeric Dit :

      déjà pour ce type de circuit il faut quelqu’un de bien expérimenté car ces pistes sont très rapides et très longues donc plus de difficultés pour progresser et faire progresser un élève§

      Répondre

  2. JB EMERIC Dit :

    Moniteurs ,
    J’ai derrière moi pas mal de connaissance automobile et ces 7 dernières années aussi comme pilotes de karting .
    J’avais dans l’idée une reconversion professionnelle à mi temps, partiels ou total comme moniteurs de conduite .
    J’habite Grenoble et dispose de différentes possibilités en thermes de circuits .
    Glace (alpes D’huez , serre chevalier , Chamrousse) piste avec le laquais, bresse, saint Laurent de mure , etc…
    j’ai compris à travers mes renseignements il y avais 1600 postes en demandes pour un milliers de moniteurs .
    Est ce vrai ou faux , je ne sais pas ..
    donc validé vous ma démarche .
    Est ce que j’aurais de la facilité à proposé mes compétences pédagogique une fois le diplôme obtenue ?
    Merci d’avance .

    Répondre

    • JB EMERIC Dit :

      Bonjour le fait de partir avec à l’esprit de travailler à mi-temps est une bonne idée car il faut le temps de se faire un nom et des connaissances pour entrer dans ce milieu assez fermé. Cela sera difficile mais comme dans beaucoup de métiers les meilleurs s’en sortent. Par contre si vous souhaitez avoir aussi une vie de famille là je crois qu’il va y avoir un souci!!! Les demandes sont en majorité le dimanche avec beaucoup de déplacement. Bon courage et peut être a bientôt sur un circuit JB

      Répondre

  3. Bruno Margani Dit :

    Bonjour,

    Ancien moniteur stagiaire chez JB EMERIC, je souhaiterais partager mon expérience et avis sur le sujet, espérant que cela sera utile aux personnes intéressées par passer le BPJEPS Moniteur de Pilotage Automobile.

    Il subsiste du positif et du négatif dans ce BPJEPS.

    Je n’ai pas obtenu mon diplôme, en 2009. J’étais inscrit au Cimpa. J’ai rencontré de nombreux problèmes là-bas, également connu des gens formidables et appris pas mal de choses.
    Ce type de formation donne accès à un métier exceptionnel (je l’ai vécu en tant que stagiaire bénévole, sur les meilleures voitures, pendant 4 ans, le week-end, ayant essayé d’étaler l’obtention de mon diplôme sur plusieurs années) qui, comme évoqué ci-dessus, ne permettra qu’aux meilleurs de gagner leur vie, à condition d’obtenir ce fameux diplôme accessible ou non, au Cimpa par exemple, un peu « à la tête du client ».
    Les « fortes têtes » comme moi (entendez ceux qui remarquent et mettent en exergue certaines pratiques infantilisantes, et la redondance chronique du contenu de certaines heures de cours tarifées à 25 €, ou encore le manque de séances de conduites sur circuit) sont condamnées à l’échec : ne perdez pas votre temps ou préparez-vous à 9 mois de scènes parfois surréalistes et des aberrations à supporter en vue d’obtenir votre diplôme.
    Je ne l’ai pas supporté, préférant revenir à un monde professionnel sérieux et normal dans lequel j’évolue quotidiennement, où une lorsque l’on achète une prestation, il est normal d’en avoir pour son argent. Un monde dans lequel l’on s’adresse à un adulte avec considération.
    Beaucoup d’élèves incompétents mais dociles sont diplômés, avec les risques que cela représente (cf le crash de JB Emeric au Luc, percuté de plein fouet par un moniteur diplômé qui emprunte une partie du circuit fermé pour drifter et ressort dans la trajectoire de la Supertourisme Mitjet lancée à pleine vitesse sans pouvoir voir arriver l’autre voiture : c’est cela un moniteur diplômé ?).
    L’article sur le lien ci-dessous relate des pratiques surprenantes du Cimpa, cela confirme mon expérience malheureuse et les nombreuses plaintes non officielles par crainte de non-obtention du diplôme ou d’être black-listé par le gérant du Cimpa dans toutes les écoles de pilotage :

    https://www.franceinter.fr/societe/les-derives-de-la-formation-professionnelle

    Je déconseille ce centre de formation qui n’en est plus un puisque qu’il aurait, d’après cet article, perdu son agrément depuis Avril 2016 apparemment, et continue, je le sais de source sûre, de recruter.

    La pratique du monitorat doit absolument être encadrée, par un diplôme, ou toutefois un examen strict des aptitudes pour éviter à des gens incompétents et dangereux d’enseigner.
    Le problème, c’est que l’on a accordé le diplôme à certains incompétents, et descendu en flèche des gens talentueux, les empêchant désormais d’enseigner sans diplôme, et privant la discipline de véritables joyaux.
    Un diplôme impossible à passer en travaillant (il faut compter 9 mois) et qui coûte environ 15000 €.
    Si vous travaillez comme moi, ne perdez pas votre temps à essayer de le passer en 5 ans même si vous êtes un bon moniteur, vous vous casserez la figure, il faut être disponible. Je m’y suis cassé les dents deux fois, pourtant l’on m’avait dit que l’on tiendrait compte que mes impératifs professionnels. Une fois que vous avez payé votre formation, rien n’est fait, ni au Cimpa, ni à l’Afma (le centre de formation de Clermont-Ferrand, pourtant avec une équipe très sympa). Les sessions de recrutement sont clairement des sketches, n’importe qui est accepté, dans une certaine mesure tenant compte d’aptitudes minimales.

    Ayant été un moniteur important de l’équipe JB Emeric, tout le monde s’est révolté lorsque j’ai dû arrêter d’enseigner, mon autorisation d’enseigner en tant que stagiaire bénévole devenant caduque, à juste titre, le jour où je ne me suis plus inscrit en centre de formation.
    Je n’ai jamais connu la moindre accrochage, faux-pas, toute le monde peut témoigner de mon niveau, tant sur le plan pédagogique que du pilotage, et humain, et pourtant le BPJEPS m’est inaccessible faute de temps. J’ai été une pièce maîtresse de l’équipe, saluée publiquement pour mes aptitudes, tant par le nombre incalculable de stagiaires que j’ai formé, que par mes collègues moniteurs. Et pourtant, je suis à l’écart désormais des circuits.
    Ne vous consacrez qu’à cela si vous souhaitez passer le BPJEPS, et normalement vous l’obtiendrez. Faites preuves de courage, patience, abnégation, et trouvez-vous une bonne école de pilotage pour votre stage, qui vous gardera une fois diplômé. Les places sont rarissimes.
    Une fois diplômé, si vous êtes exceptionnel, vous trouverez du travail, et vivrez votre rêve, à condition d’accepter de gagner un petit salaire (environ 2000 € net mensuels) et de ne plus avoir de vie de famille.
    L’idéal est de travailler uniquement le week-end, mais en plus d’une semaine de travail complète, c’est parfois compliqué, sauf si vous êtes célibataire.
    Mais cela vaut le coup de vivre son rêve. Il faut juste savoir dire stop si comme moi, vous voyez que cela va trop loin et met en péril votre carrière professionnelle et vie de couple.
    J’ai lu récemment : « 1600 postes de moniteur de pilotage à pourvoir pour 1000 diplômés » ? = absolument faux.
    Je pense que chaque année, et cela tendra vers l’asymptotique, il y aura la place pour 10 nouveaux moniteurs en France, pas plus. Les meilleurs. Les autres auront les miettes. Et les places sont très chères.
    En résumé, pour un jeune sans emploi ni diplôme, il faut accepter de dépenser 15000 € sans certitude d’avoir un emploi correctement payé à la sortie.
    Pour quelqu’un en poste, je me poserais la question à deux fois avant d’entamer cette formation.

    J’espère que mon témoignage pourra servir à quelqu’un.

    Sportivement.

    Bruno Margani.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ghdbeauty |
AUTO MOTO ECOLE |
Extrême Rallycross |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gazelles un jour ...
| Robvsalex34
| Nvo35